Canicule : quand les bâtiments français ont chaud

Avec les records de températures observées et ressenties partout en France, tous les yeux sont rivés sur les bâtiments, et leur capacité d'isolation de la chaleur : ont-ils un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique, et quel en est le prix ?

Quand la canicule atteint son pic

Personne n’a pu ignorer le pic de chaleur complètement inédit de ce mois de juillet 2019. 
C’est Paris qu’il a choisi comme destination, avec 42,6°C, après le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde.

Les messages de prévention et d’avertissement pour prendre ses précautions se multiplient dans les transports en commun, et dans les grandes villes, mais cette canicule a été lourde de conséquences. Les funestes chiffres de surmortalité sont attendus pour la rentrée.

Cette chaleur exceptionnelle est évidemment encouragée par le réchauffement climatique, qui l’aurait accru de 1,5 à 3°C selon les chercheurs scientifiques de la World Weather Attribution.

Mais la ville de Paris elle-même, ses infrastructures et son architecture auraient-elles aussi apporté leur contribution à ces mois suffocants ?

Une architecture inadaptée ?

Chaque bâtiment parisien a son histoire et sa particularité : les immeubles haussmaniens racontent le grand chamboulement des rues de Paris au 19e siècle, les hôtels particuliers que l’on trouve dans le Marais font voyager dans le temps jusqu’au 17e siècle, les petites courettes apportent leur lot de charme et de romantisme..

Certains possèdent de véritables atouts contre les fortes chaleurs, comme leurs façades en pierre, leurs cours ou les logements transversants qui gardent les courants d’air.

Seulement tous ces bijoux architecturaux apportent aussi leur lot d’entrave à la vie dans la capitale, avec les toits en zinc, en ardoise, sombres ou mal isolés, qui empêchent la fraîcheur de rentrer.

Des projets ambitieux..

Ici entre donc en jeu le plan de la mairie de Paris pour lutter contre le réchauffement climatique, le but étant la neutralité carbone d’ici à 2050, à savoir l’équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine et leur retrait de l'atmosphère par l’homme.

Les travaux envisagés visent à améliorer la capacité énergétique des bâtiments parisiens, par plusieurs moyens : l’utilisation de matériaux bio-sourcés (chanvre, liège, bois..) permet par exemple de moins attirer la chaleur vers l’intérieur, et une meilleure isolation

Les toits végétalisés, ou plus claires, sont également des procédés envisagés pour lutter contre une trop forte température. 

Paris n’est d’ailleurs pas la seule ville à s’y mettre : à Bordeaux, la mairie a prévu la plantation de 20 000 arbres d’ici à 2025, pour végétaliser la ville et la rafraîchir. 

Ces programmes nécessitent des structures humaines et matérielles, et les citoyens peuvent s’engager pleinement dans l’organisation de leur ville à travers un “comité de l’arbre”, tandis qu’un système de sanction sera appliqué pour les entreprises de travaux qui ne respecteront pas les normes engagées par la ville.

… face à une forte opposition

Des projets ambitieux donc, et apparement nécessaires à l’avenir de l’été parisien. Mais des projets qui ne vont pas sans une autorisation d’urbanisme accordée par la ville, et parfois sans le feu vert des architectes des bâtiments.

Le plus grand obstacle reste cependant l’accord des propriétaires, qui ne voient pas l’intérêt à court terme dans un investissement qui n'ajoutera pas de plus value à la revente selon Vivian Dépoues, chercheur à l’Institut de l’économie pour le climat I4CE.

Autre opposition dans ce projet : le mécontentement de certains élus face au projet mis en place par Anne Hidalgo, maire de Paris, accusée d’encourager “l'hyperdensification”, de vouloir mettre en place une “forêt urbaine” et de bétonner la ville.

L’idée est donc simple : rendre Paris plus verte, plus saine, plus fraîche. 

Les moyens d’exécution, eux, sont plus complexes, dès lors qu’il s’agit de revoir la structure profonde d’une ville bien ancrée dans ses habitudes et son histoire.

Read more


2019 : l’année des cadres !

Le cadre, cet employé qui en encadre d’autres, qui a connu une crise de l’emploi en 2018, se trouve aujourd’hui en très bonne position des prévisions d’embauche.

Les résultats récents de l’APEC (l’Association Pour l’Emploi des Cadres) révèlent une situation plutôt favorable pour l’emploi des cadres. Ces prévisions optimistes sont très étroitement liées à la mobilité des cadres ainsi qu’à l’état actuel du processus de recrutement

@Yooman zoom sur ce phénomène.

Read more


AIRBNB : La bataille du tourisme immobilier

Avec 60 000 adresses rien qu’à Paris, plus d’un milliard de chiffre d’affaire au compteur, Airbnb loge environ 1 touriste sur 7 en France. La célèbre plateforme apparue dans l'hexagone il y a environ 5 ans n’a pourtant jamais été plus exposée aux critiques et ne cesse de se faire de nouveaux ennemis.

Au milieu de tous ces affrontements et accusations, Yooman fait le point.

Économie du partage : idéal ou mirage ?

Read more


Marché de l’Immobilier : une progression due au moral français

Le moral des ménages a entamé une amélioration spectaculaire ces deux derniers mois, ce qui promet une vague d’optimisme sur le marché de l’immobilier et pour la croissance en France. 

Bien que primordiale et nécessaire au bon fonctionnement de l’économie et du marché, la confiance des ménages est une denrée rare, et surtout fragile.

Son tout récent retour en force peut s’expliquer à la lumière d’un contexte socio-économique changeant, mais aussi grâce à une spectaculaire avancée nationale liée au rayonnement du “Made In France“ de par le monde.

Une France démoralisée pour une économie délaissée

En novembre 2018 débutait le mouvement des Gilets Jaunes qui s'est avéré beaucoup plus long que prévu. Créé à partir d’un ras-le-bol général de la hausse du prix du carburant, son étendue à travers la France et ses rendez-vous réguliers 6 mois durant ont provoqué une profonde baisse du moral des Français.

Les milliers de blessés, les violences à répétitions et la perte finale d’engouement du mouvement y sont pour beaucoup, mais ce sont les pertes financières, estimées par Bruno Le Maire, ministre de l’économie, à 4 milliards d’euros, qui finissent d'alerter les parties.

Affichage de photo-1545502334-fdc910d5fbd0.jpeg en cours...

Cette colère nationale laissait à penser que le moral des Français ne retrouverait pas son niveau initial, plutôt positif vers avril 2018.

Ce moral est pourtant une des conditions de la croissance et du bon fonctionnement de l’économie.

En effet, des ménages au moral élevé sont optimistes quant aux conditions présentes ou futures de l’état du marché, et ils possèdent une confiance dans les institutions accordant les crédit immobilier, par exemple.

La confiance permet d’augmenter le niveau de consommation, les interactions et transactions financières et immobilières augmentent tandis que le niveau d’épargne a tendance à baisser.

Le marché de l’immobilier, ou marché de la pierre pour les initiés, repose sur le même principe. Pour fonctionner, plusieurs conditions doivent être réunies : les conditions d’octroi de crédit doivent être relativement souples, et le moral des ménages relativement élevé.

Les taux d'intérêt bas encouragent les actes d’achat, ce qui est décidé par les banques.

Une reprise de l’engouement pour la pierre

Un sondage IFOP effectué pour la FNAIM révèle que l’immobilier séduit les Français pour son dynamisme. 83 % des sondés estiment que les taux des crédits immobiliers sont faciles d’accès et attractifs, et plus de la moitié des Français ont le sentiment que la conjoncture est ou sera favorable (taux bas, prix élevés).

En plus des crédits immobiliers, la consommation reprend du poil de la bête, selon l’INSEE : la confiance de ménages a retrouvé 2 points en juin 2019 et le pouvoir d’achat des Français remonte rapidement pour favoriser leur consommation.

Ce sentiment que les conditions du marché français de l’immobilier sont idéales peut être expliqué par plusieurs evènements récents ou phénomènes typiquement franco-français.

  • Les fortunes françaises rivalisent avec les plus grande richesses mondiales. Pour ne citer qu’eux, l’inscription récente de Bernard Arnaud (LVMH)  à la troisième place des richesses mondiales les plus importantes, ou le fait que la première femme du classement, Françoise Bettencourt-Meyers, soit française et à la tête de l’Oréal, contribue au positionnement fort de la France au niveau des grands groupes mondiaux (Le journal économique).

  • Le fort développement du secteur du luxe permet d’enclencher la machine à recrutement, et de relancer l’emploi. De plus, les fabrications et les productions Made In France s’effectuant de plus en plus au sein de l’Hexagone, c’est la croissance nationale qui en bénéficie au final.

  • Le secteur de l’immobilier aussi connaît une forte relance, avec Paris qui se hisse à la 10ème place du classement des villes les plus chères au monde pour les ultra-riches. Pour ses vues, ses prix et ses surfaces, d’après BFM, la France est un lieu très attractif, et il se pourrait que la mesure prise par Emmanuel Macron de transformer l’ISF en Impôt sur la fortune immobilière y soit pour quelque chose.

  • D’autres éléments peuvent être pris en compte, tels la hausse du niveau de vie des Français qui est dûe à la baisse de la mortalité chez les seniors. 

La consommation repart donc, tandis que le sentiment de la nécessité d’épargner diminue. Ceci peut être dû à une perte progressive de la crainte du chômage qu’observe l’INSEE.

Quelles conclusions pour le marché de l’immobilier ?

Ce regain de confiance des ménages a des effets positifs très concrets sur l’état du marché. 

En effet, le vent d’optimisme, ces actes d’achats et ces crédits accordés plus souplement permettent d’augmenter les acquisitions immobilières. L’étude de l’IFOP souligne que les primo-acquéreurs sont les plus nombreux, et cela concerne aussi les résidences principales et secondaires. 

Le président de la FNAIM considère que « Depuis un plus bas en mai 2018,  

l'indice d'activité s'est restauré avec un net rebond pour les biens destinés à la location et aux vacances ».

Phénomène nouveau : les durées d’endettement sont plus longues en moyenne depuis cette année, ce qui signifie que les ménages sont prêts à accéder à des crédits de plus en plus longs.

Read more


ActionLogement renforce son patrimoine

Par l'intermédiaire de sa filiale Domofrance, le groupe ActionLogement a acquis plus de 2.000 logements familiaux auprès du bailleur social Logévie, spécialisé dans l'habitat des séniors.

La filiale bordelaise d'ActionLogement immobilier a signé l'acquisition de plus de 2.000 logements familiaux appartenant au bailleur social Logévie, spécialisé dans l'habitat des seniors. Avec le transfert de ce patrimoine, réparti sur trois départements de la Nouvelle-Aquitaine (Gironde, Dordogne et Landes), Domofrance porte son offre à 30.000 logements, dont plus de 28.000 logements sociaux.
Si cette acquisition renforce de manière conséquente le patrimoine de la filiale d'ActionLogement, le bailleur social a récemment livré une résidence étudiante à Pessac, en Gironde. Pour rappel, Domofrance a réalisé un chiffre d'affaires de 195 M€ en 2018.

Read more


Comment réussir son recrutement dans le secteur Immobilier ?

L’immobilier est un secteur caractérisé par son dynamisme. Ceci s’explique par le fait que la pierre est de loin l’investissement préféré des Français et que tout le monde doit posséder un logement, que ce soit en location ou à l’achat. De ce fait, l’intervention des experts en immobilier est indispensable dans plusieurs domaines. Pour étoffer leurs équipes, toutes les entreprises opérant dans l’immobilier doivent alors recruter de nouveaux talents. Toutefois, trouver les profils adaptés n’est pas toujours simple. C’est là que les plateformes spécialisées interviennent.

L’enjeu du recrutement dans le secteur immobilier

Le recrutement immobilier en France fait référence aux professions ayant rapport avec la transaction, la gestion et la promotion. Ces trois domaines réunissent de nombreux métiers immobiliers, dont le gestionnaire d’investissements locatifs, l’agent immobilier, le négociateur immobilier, etc.

Le recrutement a pour objectif de répondre à des besoins en compétences. Généralement, c’est une phase complexe pour toutes les enseignes, qui constitue un élément déterminant dans l’efficacité, le développement et la pérennisation de l’activité de l’entreprise.

Dans le secteur immobilier en particulier, le recrutement est une démarche problématique pour les recruteurs. Étant donné l’exigence du métier, il est primordial de sélectionner le bon candidat. Une fois l’agent embauché, il faut prendre le temps de bien le former pour lui transmettre la connaissance du marché.

Votre choix est décisif pour l’augmentation de votre chiffre d’affaires et l’avenir de votre société et des professionnels comme ceux du site Yooman.fr  peuvent vous aider dans votre démarche. En engageant des un réseau d'experts qualifiés, vous vous donnez les clés pour optimiser les performances de votre organisation.

En revanche, un mauvais recrutement peut avoir des impacts majeurs sur l’ensemble de votre activité. Parmi les conséquences importantes, il y a principalement l’accroissement du coût de recrutement, la perte de temps considérable, la dégradation de la motivation et de la productivité des collaborateurs. Ainsi, afin d’éviter tous ces problèmes, il convient de bien choisir le profil approprié à chaque poste.

Simplifier le recrutement de nouveaux talents

Si vous envisagez d’enrichir votre équipe, la première chose à faire consiste à déterminer vos besoins en matière de compétences. Pour ne pas se tromper, il est essentiel de définir au préalable l’objectif du recrutement et le type de profil qu’il vous faut réellement. L’établissement de l’annonce est également une étape cruciale. Elle doit être efficace pour attirer les meilleurs talents immobiliers.

Aujourd’hui, la recherche d’emploi et de nouveaux collaborateurs se fait surtout sur la toile. De nombreuses plateformes permettent de réunir les offres et les demandes pour faciliter la rencontre entre employeurs et employés potentiels. Ainsi, les entreprises en quête de nouveaux talents peuvent se rendre sur ces sites spécialisés pour trouver la perle rare.

Des plateformes spécialisées dans le recrutement immobilier

Ces experts proposent leurs services à toutes les enseignes du secteur immobilier. Quel que soit le poste (agent immobilier, commercial, conseiller immobilier, responsable d’agence…), ils vous proposent de vous accompagner dans la recherche de profils indispensables au développement de votre réseau. Ils vous aident à gagner du temps tout en trouvant le talent immobilier en parfait accord avec vos besoins.

Le recrutement est un facteur clé de votre réussite, alors ne vous précipitez pas trop dans l’embauche de nouveaux collaborateurs. Prenez le temps de bien analyser les profils avant de prendre une décision.

Read more


74% des dirigeants de l’immobilier éprouvent des difficultés à recruter

La 3ème étude annuelle sur l’économie et les métiers de l’immobilier et de la ville en France vient de sortir à l’occasion du Forum des Métiers. Voici les principaux résultats.
74% des dirigeants de l’immobilier éprouvent des difficultés à recruter

83% des dirigeants de l’immobilier et de la ville envisagent de recruter dans les 3 prochaines années, dont 87% en CDI.
Cependant, 74% éprouvent des difficultés à recruter et ce de manière plus importante que les années précédentes.

2 aptitudes critiques sont recherchées par les dirigeants du secteur : la capacité à travailler en équipe et le sens du service client.
Et 5 attentes prioritaires sont exprimées par les étudiants lors de leur recherche d’emploi : le sens donné à son travail, le niveau de rémunération, la possibilité de travailler sur des projets concrets, les perspectives de carrière et d’évolution rapide et le cadre de vie au travail.

43% des dirigeants interrogés ont mis en place des initiatives et actions proactives en faveur de l’égalité hommes-femmes (accords d’entreprise relatifs à l’égalité professionnelle, harmonisation des rémunérations, suivi des équilibres hommes-femmes lors des processus de recrutement, campagnes internes contre les préjugés et discriminations, développement de parcours de formation spécifiques, …).

93% des dirigeants de l’immobilier et de la ville estiment servir l’intérêt général dans le cadre de leur métier, ce qui rejoint la première attente des étudiants, et 92% recommanderaient à leur proches, amis, enfants de travailler dans la filière.

Yooman propose une solution de recrutement innovante en vous permettant de recommander vos proches.

« Stimulé par les grands appels à projets urbains ou les perspectives de Paris 2024, le niveau de l’activité est encourageant. Nombreuses sont les collectivités ayant décidé de repenser leur urbanisation et de s’adapter – vraiment – aux transitions écologique, numérique et démographique», explique Marc Lhermitte, associé EY (Ernst & Young). « Pour 2019, les décideurs interrogés restent optimistes, mais prudents en raison de l’évolution possible des taux d’intérêt, des conséquences encore inconnues de dispositions législatives récentes, notamment en matière de logement, ou encore des élections municipales de 2020 qui pourraient influencer un secteur fortement dépendant d’aléas économiques ou même géopolitiques», ajoute commente Jean-Roch Varon, associé EY.

La filière de l’immobilier et de la ville reste incontournable dans l’économie française

La filière représente 10,8% du PIB en 2017 et a connu une croissance de 3,3% entre 2016 et 2017 (contre 2,2% de croissance pour l’économie française sur la même période).

En 2017, la filière occupait 2,1 millions de personnes et a créé 55 000 emplois (1 emploi sur 5 créé en France).

En tête des défis 2019 pour les dirigeants, le recrutement et l’attractivité de la filière et de ses métiers car les difficultés de recrutement naissent d’un paradoxe entre la réalité d’une filière dynamique et son image externe, qui reste complexe. L’enjeu de promouvoir une filière plus intégrée, ayant une responsabilité collective de fabrication de la ville et des lieux de vie, est également exprimé.

Ensuite viennent l’innovation (car seulement 55% des dirigeants jugent leur secteur plus innovant que d’autres) et l’évolution de leurs business models, afin d’accompagner le mariage de la technique, des contraintes économiques et des usages sur l’ensemble des classes d’actifs.

Puis l’adaptation plus rapide à la transition écologique car la filière représente toujours le premier poste de dépense en énergie.

Et enfin, l’ouverture à l’international et le rayonnement du savoir-faire français à l’étranger.

Read more


Bilan 2018 de Yooman

YOOMAN, BILAN 2018 DE LA PLATEFORME QUI VEUT RÉ-HUMANISER LE RECRUTEMENT.

Consistant à recommander une personne de son réseau professionnel pour un poste, la cooptation par internet s’est montrée être une nouvelle stratégie de recrutement très avantageuse : elle optimise non seulement le processus de recrutement mais contribue également au développement des entreprises.

Read more


2019 ; Les salaires en hausse dans le BTP

Le cabinet Robert Walters a présenté ce 24 janvier sa dernière « Étude de rémunération Europe et France 2019 », dans laquelle il revient sur les salaires pratiqués par les différents secteurs d’activité cette année. Selon le spécialiste du recrutement, la construction et l’immobilier devraient bien se porter, avec une augmentation des paies des cadres de +4%, et de celles des autres employés de +3%.

Read more


Les métiers de l’immobilier

Le secteur de l'immobilier

Vous souhaitez embrasser un métier passionnant alliant commerce et droit ? Vous êtes dynamique et vous aimez vous déplacer ? Découvrez les métiers de l'immobilier ! Si vous aimez le contact avec les clients et leur trouver la maison de leurs rêves, alors les métiers de conseiller ou d'agent immobilier peuvent vous correspondre. Le secteur offre également des emplois axés vers la finance ou le droit, comme gestionnaire d'actifs, gestionnaire de syndic, ou juriste immobilier.

Les métiers de l'immobilier : formation et compétences requises

Il existe de nombreuses portes d'entrée ouvrant aux métiers du secteur de l'immobilier. Du BTS Carrières de l'immobilier aux masters, en passant par les Licences professionnelles et les écoles spécialisées, de nombreuses possibilités s'offrent à vous.

Pour travailler dans l'immobilier, un excellent relationnel est indispensable. Savoir analyser les besoins des clients, être à l'écoute, et ne pas ménager votre temps, telles seront les clés de votre réussite. Les clients étant souvent très exigeants, il faut savoir ne pas se démoraliser et persévérer lorsque ceux-ci refusent vos offres.

Les métiers de l'immobilier : marché de l'emploi

Si l'immobilier souffre encore des retombées de la crise économique, le marché de l'emploi dans l'immobilier reste porteur, car il y aura toujours des transactions immobilières, et donc un besoin de professionnels pour les gérer. Pour les débutants, l'alternance est souvent un bon choix pour entrer dans le secteur et permet de profiter de l'expérience des aînés.

Les métiers de l'immobilier : salaires

Dans ce secteur, la motivation est récompensée. Voici une liste non exhaustive de quelques salaires moyens de métiers du secteur. Ces salaires varient en fonction de l'expérience, mais également de la région où le métier est exercé.

Read more